En vedette
Facebook
 
Recherche
 
 
La problématique du mont Mégantic
 
Un lieu unique pour la recherche, le développement technologique et l'éducation supérieure
Le Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) est le fleuron de l’astronomie au Canada. Parmi ses appareils de recherche, on retrouve à l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM) le quatrième plus gros télescope au Canada et le plus important de l’est de l’Amérique du Nord.

La mission de l’OMM consiste à faire de la recherche en astrophysique et à assurer la formation de jeunes chercheurs pour ensuite les amener vers les grands observatoires du monde, exportant par le fait même l’expertise de l’OMM à l’échelle internationale. Elle consiste également à développer des instruments d’observation astronomique à la fine pointe de la technologie. La qualité de l’instrumentation développée à l’OMM est reconnue à travers le monde.



Un lieu unique pour partager et faire découvrir l'astronomie au grand public
Situé au pied du mont Mégantic, l’ASTROLab est à la fois un musée et un centre d’éducation en astronomie dédié au grand public. Ses installations uniques telles que l’Observatoire populaire du Mont-Mégantic (OPMM) et sa salle multimédia avec écran géant à haute résolution sur lequel est projeté le fabuleux film « Rythmes cosmiques » lui permettent d’offrir au public des soirées d’une beauté époustouflante.

L’ASTROLab est situé sur le territoire du parc national du Mont-Mégantic et attire chaque année plus de 20 000 visiteurs.



La pollution lumineuse au mont Mégantic
Comme les activités de recherche, d'éducation et de tourisme de la région du mont Mégantic reposent sur l'observation astronomique, la protection du ciel étoilé revêt une importance cruciale. L'éloignement géographique ne la garantit malheureusement pas et la pollution lumineuse à l'OMM a plus que doublé entre 1978 et 1998. Lors de sa construction en 1979, la brillance du ciel nocturne était de 25 % supérieure à sa valeur normale. Avec une croissance annuelle de l'ordre de 5 à 10 %, la pollution lumineuse risque de compromettre à moyen terme la rentabilité scientifique et la vocation de l'OMM.


Malgré la croissance constante de la pollution lumineuse, les chercheurs de l'OMM jouissent d'un ciel étoilé d'une qualité exceptionnelle. La photo ci-dessus montre des mesures de la pollution lumineuse autour de l'OMM effectuées par Chad Moore (Night Sky Team, US-National Park Services). À l'exception des dômes produits par les villes et illustrés par les couleurs allant du rose au vert, on constate que le fond du ciel est plutôt sombre.


Les sources de pollution lumineuse au mont Mégantic

Au moment où il a été convenu de l’importance de réduire la pollution lumineuse dans la région, des analyses démontraient que les contributions des municipalités environnantes à la pollution du ciel nocturne à l’OMM étaient les suivantes :

  • 50 % : Municipalités situées dans un rayon de 25 km autour du mont Mégantic
  • 25 % : Ville de Sherbrooke
  • 25 % : Autres sources

Malgré leur petite taille, les municipalités situées dans un rayon de 25 km contribuent significativement à la pollution lumineuse enregistrée à l’OMM. Ceci est dû au fait que l’éclairement décroît en fonction du carré de la distance. Ceci signifie qu’un village de 3000 habitants à 10 km d’un observatoire pollue le ciel de la même façon qu’une ville de 300 000 habitants à 100 km de ce même observatoire. Ainsi, du fait de sa distance de 250 km du mont Mégantic, la région de Montréal, malgré ses 3 000 000 d’habitants, pollue autant qu’un village de 3000 habitants situé au pied du mont Mégantic.



Contributions des villes et des municipalités à la pollution lumineuse enregistrée à l'OMM.